La police sollicite l’aide du public dans une enquête sur une agression sexuelle grave; il pourrait y avoir d’autres victimes

Mission

2017-08-03 17:26 PDT

Dossier nº 2017-8335

Aux termes de la Loi sur les langues officielles, ce bureau n'offre des services au public qu'en anglais. Vous trouverez des renseignements généraux dans les deux langues officielles à cb.grc.ca et à www.grc.ca. La présente page est disponible dans les deux langues du fait qu'elle est également publiée sur le site www.grc.ca.

Under the Official Languages Act, this office provides services to the public in English only. You will find general information in both official languages at bc.rcmp.ca and www.rcmp.ca. This page is available in both English and French because it is also posted on bc.rcmp.ca.

Mission (Colombie-Britannique) : Le 19 juillet 2017, le Détachement de la GRC de Mission a été informé qu’un homme pourrait avoir eu des relations sexuelles non protégées tout en ayant omis d’indiquer qu’il était atteint du virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Pendant l’enquête, la police a trouvé d’autres victimes et pense que l’homme pourrait avoir commis la même infraction contre d’autres femmes.

Pour faire avancer l’enquête policière, le Détachement de la GRC de Mission diffuse une photo de Brian Carlisle, 47 ans. Selon la description fournie, M. Carlisle est un homme de race blanche qui pèse 220 lb et qui mesure 6 pi 2 po; il a des yeux bleus et des cheveux châtains courts. Il réside à Abbotsford.

Photo de Brian Carlisle

La police a établi que les infractions auraient été commises à Mission, à Abbotsford, à Coquitlam et à Burnaby. Toutefois, M. Carlisle a habité un peu partout dans le Lower Mainland; il est possible que l’homme ait aussi vécu en Ontario, au Manitoba, au Nouveau-Brunswick et au Vermont (États-Unis). Les enquêteurs ne limitent pas leurs recherches ou l’appel lancé au public à ces endroits.

M. Carlisle est présent en ligne sur de nombreux sites de médias sociaux et de rencontre.

Brian Carlisle a depuis été accusé de trois (3) chefs d’agression sexuelle grave. Il doit comparaître devant le tribunal provincial d’Abbotsford le 3 août.

Normalement, la GRC ne divulgue pas de détails sur l’état de santé d’une personne faisant l’objet d’une accusation criminelle. Cependant, dans cette affaire, la GRC a jugé que les intérêts du public l’emportent manifestement sur l’atteinte à la vie privée de M. Carlisle. Toute personne ayant eu des relations intimes avec M. Carlisle devrait consulter un médecin de famille ou un fournisseur de soins primaires pour subir une évaluation appropriée. De plus, les policiers aimeraient parler à tout partenaire sexuel que M. Carlisle aurait eu.

Brian Carlisle a depuis été accusé de trois (3) chefs d’agression sexuelle grave. Il a comparu devant le tribunal provincial d’Abbotsford le 3 août et a depuis été libéré en vertu de certaines conditions imposées par la cour. Parmi ces conditions figure l’interdiction d’accéder à des réseaux de médias sociaux ou à des sites de rencontre. Il est également tenu d’informer toute personne avec laquelle il compte avoir un rapport sexuel du fait qu’il est atteint du VIH et de porter un condom durant ledit rapport. Sa prochaine comparution devant le tribunal est prévue le 11 septembre 2017.

Quiconque possède des renseignements relatifs à l’affaire susmentionnée est prié de composer le numéro de la ligne anti-crime liée à l’enquête, soit le 604-814-1644. Pour garder l’anonymat, veuillez appeler Échec au crime au 1-888-222-8477.
 

Diffusé par:
Const. James Mason
GRC de Mission
778-240-3680

Suivez-nous :
Date de modification :